top of page
  • Photo du rédacteuroppositionfecheres

Les Fèchères et les groupes politiques communaux.

Depuis le début de l'enquête publique, le Collectif a eu à coeur d'entretenir la communication avec les édiles communaux. Il nous semblait en effet important de dialoguer avec eux afin de voir quelle était la position des différents groupes politiques vis-à-vis du projet.


Nous avions déjà eu l'occasion de rencontrer et de partager avec les groupes EPY et La Relève. Nous avons clôturé ces entretiens la semaine dernière en dialoguant avec le groupe LBS (Le Bon Sens, ex-Liste du Bourgmestre).


Le Collectif a, en toute transparence, évoqué avec ces différents groupes l'ensemble des aspects positifs et négatifs liés au projet. Les thèmes qui ont été abordés lors de ces rencontres sont : le juridique, le technique, la préservation de l'environnement et de la biodiversité, la qualité de vie des riverains, l'impact de la mobilité sur le village et les communes voisines, ... Le tout dans le but de donner une vision à 360° du projet et de ses impacts afin que nos politiques aient une information complète et non pas la vision "marketing" du promoteur.


Nous espérons maintenant vivement que toute cette information sera largement diffusée auprès de l'ensemble des membres de ces différents groupes politiques. En effet, les Conseillers Communaux auront la lourde responsabilité de voter l'octroi ou non du permis d'urbanisme en ce qui concerne la création des voiries. Le Collège Communal statuera quant à lui sur l'aspect urbanistique du projet, une fois que le permis "voiries" aura été purgé de tous les recours éventuels.


Vous l'aurez compris, la procédure sera encore (très) longue. Elle ne reposera pas seulement sur la majorité actuelle, mais également sur celle qui sortira des urnes en octobre 2024. Et peut-être même encore plus. Il est donc important de garder cette vision à long terme, sachant qu'un tel projet et les décisions qui l'accompagnent peuvent avoir un impact non-négligeable sur l'échiquier politique de notre commune. Là se situent la force et le pouvoir des citoyens qui peuvent, via leurs votes, "faire bouger les lignes"...


Dans cet ordre d'idées, le Collectif tient à rappeler les tenants et aboutissants de la responsabilité politique d'un élu, peu importe le niveau de pouvoir.

La responsabilité politique : un élu doit régulièrement se soumettre au suffrage universel. En l’absence, en droit belge, d’un mandat impératif (les élus sont seuls juges de leurs actions ou de leurs votes), c’est lors des élections que l’élu met en jeu sa responsabilité politique. Les électeurs évaluent alors les mérites et les insuffisances du mandat passé. Cette responsabilité politique est mise en jeu plus ou moins fréquemment selon la longueur des mandats. Pour les mandataires communaux, les élections ont lieu tous les 6 ans.


Enfin, pour rappel, vu l'ampleur et la complexité du dossier, ainsi que ses impacts pluri-communaux, le Collectif a décider d'interpeller le niveau de pouvoir supérieur, à savoir le Parlement et le Gouvernement wallons. Cette procédure passe par une pétition au Parlement Wallon qui doit atteindre les 1.000 signatures. Nous vous invitons donc à la signer et à la partager via le lien suivant :


La mobilisation continue.

Le nombre fait la force! 💪

www.non100maisons.be




64 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page